Equipe

Une équipe dans un réseau

Le projet APPI est dirigé par Esther Baiwir, maître de conférences à l'Université de Lille, avec l'aide d'une post-doctorante (Pascale Renders, chargée de la modélisation informatique des données) et d'une doctorante (Cécile Kaisin). Le projet s'appuie en outre sur un réseau de collaborations, tant à l'Université de Lille que dans d'autres centres français ou étrangers.

Les membres permanents

Esther Baiwir

Docteure en Langues et Lettres de l’Université de Liège (Belgique), Esther Baiwir consacre l'essentiel de ses recherches aux dialectes nord-oïliques et aux rapports entre les vernaculaires et le français. Elle exploite les méthodes de la dialectologie pour aborder des questions de linguistique variationniste en domaine roman, en étudiant les interactions entre langues, particulièrement à travers la notion d'emprunt lexical, que ce soit entre dialectes et standards, entre français et espagnol ou entre français et arabe.

Après avoir été pendant 13 ans rédactrice à l'Atlas linguistique de la Wallonie, elle est actuellement maître de conférences à l'Université de Lille. Elle est également impliquée dans divers projets collectifs, comme la database 'Cognacy in Basic Lexicon in Indo-European' (Iena), l'Atlas linguistique roman (ALiR, Grenoble), le programme TLF-Étym (Nancy / Heidelberg) ou le dictionnaire DÉRom (Nancy / Sarrebruck).

Cécile Kaisin

Chercheuse doctorante attachée à l’Université de Lille, maître en langues et littératures romanes, Cécile Kaisin mène actuellement des recherches sur l’évolution du picard de part et d’autre de la frontière administrative séparant son aire linguistique. Elle mène également des recherches sur la précarisation des langues régionales du nord du domaine d'oïl au XIXe siècle.

Ses autres centres d’intérêt sont la lexicologie et la linguistique historique, avec une attention particulière pour les phénomènes d’emprunts et les régionalismes. Son mémoire de master était consacré à l’étude de parcours étymologiques d’emprunts lexicaux aux langues germaniques dans le français de Belgique.

Pascale Renders

Docteure en Langues et lettres (Université de Liège)/Sciences du langage (Nancy-Université), licenciée en langues et littératures romanes ainsi qu’en langues et littératures classiques, Pascale Renders a été l'actrice principale du projet d’informatisation du Französisches Etymologisches Wörterbuch (FEW; voir la description du projet).

Outre la lexicographie et les questions de traitement automatique des langues, elle s’intéresse à la linguistique diachronique des langues romanes, et plus spécifiquement à la période charnière que constitue le passage du latin au français.

Clément Truffin

Etudiant en master Edition numérique et imprimée de textes littéraires (Université de Lille), Clément Truffin effectue son stage au sein de APPI pour la conception de l'interface de consultation, il participe à la réflexion sur les considérations scientifiques et techniques.

Les collaborateurs

Mathieu Avanzi (Université de Louvain-la-Neuve, Belgique)
Cartographie, logiciel R

Anne-Laure Ligozat (LIMSI-CNRS, Orsay)
Compatibilité des structures des données avec le projet RESTAURE

Yves-Charles Morin (Université de Montréal)
Expertise en numérisation atlantographique, données ALPic

Nathalie Gasiglia (UMR STL, ULille)
Comité de thèse, expertise TAL

Matthieu Marchal (Laboratoire ALITHILA, ULille)
Comité de thèse

Marie Madeleine Castellani (Laboratoire ALITHILA, ULille)
Co-direction de thèse

Anne Dagnac (Laboratoire CLLE, Toulouse)
Marie-Guy Boutier (Université de Liège, Belgique)
Nicolas Mazziotta (Université de Liège, Belgique)